Le Standard du Mâtin de Naples

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL)

SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1er B – 6530 Thuin (Belgique)

03.05.2016/ FR    Standard FCI N° 197

 

MATIN NAPOLITAIN

(Mastino Napolitano)

 

TRADUCTION : Iris Borianne. Langue faisant foi (EN).

ORIGINE : Italie.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD OFFICIEL EN VIGUEUR : 13.11.2015.

UTILISATION : Chien de protection et de garde.

CLASSIFICATION FCI :

Groupe 2 Chiens de type Pinscher et Schnauzer Molossoïdes – Chiens de montagne et de bouvier suisses.

Section 2.1 Molossoïdes, type dogue.

Sans épreuve de travail.

BREF APERCU HISTORIQUE :

Le Mâtin napolitain est le descendant du grand molosse romain dont Columelle fit la

description au 1er siècle de notre ère dans son ouvrage intitulé « de re rustica ». Propagé aux quatre coins de l'Europe par les légions romaines aux côtés desquelles il combattait, le mâtin napolitain est à l'origine de nombreuses races de dogues ailleurs en Europe.

Pendant plusieurs siècles, il a vécu dans les campagnes s’étalant au pied du Vésuve et plus généralement dans la province de Naples. Le mâtin napolitain a fait l'objet d'une nouvelle sélection à partir de 1947, grâce à la ténacité et au dévouement d’un groupe de cynophiles.

ASPECT GENERAL :

Corpulent, lourd et trapu, avec un air imposant. La longueur du corps dépasse la hauteur au garrot.

 

PROPORTIONS IMPORTANTES :

 

La longueur du corps dépasse de 15% la hauteur au garrot. La longueur du crâne est deux fois supérieure à celle du chanfrein.

La longueur de la tête représente environ 3,8/10 de la hauteur au garrot. Le cou est assez court ; la circonférence de la poitrine est grande.

COMPORTEMENT/CARACTÈRE :

Calme et loyal, pas agressif. En bon chien de garde de la propriété et de ses habitants, le Mâtin napolitain est en permanence aux aguets ; il se distingue par son intelligence et ses attitudes nobles et majestueuses.

TÊTE :

Courte et imposante, avec une bonne largeur de crâne au niveau des arcades zygomatiques. La peau est lâche et forme des rides et des plis, dont le plus caractéristique et le mieux marqué retombe de l'angle palpébral externe jusqu'à l'angle labial. Les axes longitudinaux supérieurs du crâne et du chanfrein sont parallèles.

RÉGION CRÂNIENNE :

Crâne :

Le crâne est large et plat, en particulier entre les oreilles. Vu de face, il est légèrement convexe dans sa partie antérieure. Les arcades zygomatiques sont bien saillantes quoique pourvues de muscles plats. Les os frontaux sont bien proéminents, le sillon frontal prononcé et la crête occipitale à peine visible.

Stop :

Bien défini.

RÉGION FACIALE :

Truffe :

Insérée dans le prolongement du museau, la truffe ne doit pas dépasser la ligne verticale antérieure des lèvres. Elle doit être volumineuse et dotée de grandes narines bien ouvertes. Sa couleur dépend de celle de la robe : noire chez les sujets noirs, marron chez les sujets à robe marron et gris foncé pour toutes les autres couleurs de robe.

Museau :

Très large et haut. Presque aussi large que long. Sa longueur doit représenter un tiers de la longueur de la tête. Ses parois latérales sont parallèles de sorte que, vu de face, le museau semble presque carré. Sa hauteur est à peu près deux fois supérieure à sa longueur.

Lèvres:

Charnues, épaisses et pleines. Vues de face, les lèvres supérieures dessinent un « V » inversé au niveau de leur jonction. Le profil inférieur du chanfrein est défini par les lèvres supérieures. Leur partie la plus basse correspond à la commissure labiale, qui laisse entrevoir les muqueuses et se situe sur une ligne verticale descendue de l'angle palpébral externe.

Mâchoires/dents :

Puissantes, avec des maxillaires solides et des arcades dentaires parfaitement adaptées. La mandibule doit être bien développée en largeur. Les dents sont blanches, bien développées et alignées de façon régulière ; la denture est complète. L'articulé est soit en ciseaux, c'est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les incisives inférieures dans un contact étroit et sont implantées à  l'aplomb des mâchoires, soit en pinces, c'est-à-dire que les incisives supérieures sont en contact bout-à-bout avec les incisives inférieures. Le bord externe des incisives supérieures doit être en contact étroit avec le bord interne des incisives inférieures. On admet un articulé en ciseaux inversés.

Yeux :

Bien écartés et insérés dans un même plan frontal. De forme plutôt arrondie, les yeux ne sont jamais saillants ni trop enfoncés. La couleur de l'iris est en général plus foncée que celle de la robe, à l'exception des robes aux teintes diluées, pour lesquelles l'iris est plus clair. Les plis de peau ne doivent jamais gêner la vision du chien.

Oreilles :

Petites par rapport au format de la race. De forme triangulaire, elles sont attachées au-dessus de l'arcade zygomatique et retombent à plat le long des joues. Elles sont naturelles.

COU :

Le profil supérieur du cou est légèrement convexe. Le cou est plutôt court, de forme tronconique et bien musclé. La peau du profil inférieur, très flasque, forme deux fanons bien séparés mais de taille raisonnable. Le fanon naît au niveau de la mandibule et ne descend pas au-delà de la moitié du cou.

CORPS :

La longueur du tronc dépasse de 15% la hauteur au garrot.

Ligne du dessus : Rectiligne.

Garrot : Large, long et peu sorti.

 

Dos :

Large. Sa longueur représente environ un tiers de la hauteur au garrot. Le dos rejoint harmonieusement la région lombaire, qui doit être musclée et bien large.

Rein :

Large, solide et bien musclé. Le coxal est saillant au point de rejoindre la ligne supérieure des lombaires.

Poitrine :

Large et dotée de muscles pectoraux bien développés. La cage thoracique est ample, avec des côtes longues et bien cintrées. La circonférence du thorax est importante. La pointe du sternum se situe au même niveau que la pointe de l'épaule.

QUEUE :

Large et grosse à la racine, la queue est forte et va en s'amenuisant légèrement jusqu'à son extrémité. Sa longueur atteint l'articulation du jarret. Au repos, elle est portée pendante, en « queue de sabre ». Quand le sujet est en action, la queue est relevée à l'horizontale ou à peine plus haut que la ligne du dessus.

MEMBRES

MEMBRES ANTÉRIEURS :

Vue d’ensemble : Observés de face ou de profil, les antérieurs sont verticaux depuis la pointe du coude jusqu'au sol. L’ossature est robuste et proportionnée à la taille du chien.

Épaule :

Longue et bien relâchée, avec des muscles bien développés, longs et bien définis.

Bras :

Bien angulé avec l'omoplate et bien musclé.

Coude :

Doit être parallèle au plan médian du corps, c'est-à-dire ni tourné vers l'intérieur, ni tourné vers l'extérieur.

Avant-bras :

Presque aussi long que le bras et parfaitement vertical. Ossature robuste ; muscles secs et bien développés.

Carpe (poignet) :

Large et sec sans être noueux, il est situé dans le prolongement vertical de l'avant-bras.

Métacarpe :

Situé dans le prolongement vertical de l'avant-bras. Angulation et longueur modérées.

Pieds antérieurs :

De forme arrondie, avec des doigts bien arqués et bien joints. Les coussinets sont durs et bien pigmentés. Les ongles sont résistants, recourbés et de couleur sombre.

 

MEMBRES POSTÉRIEURS :

Vue d’ensemble :

Dans l'ensemble, les membres postérieurs doivent être puissants, bien charpentés, proportionnés à la taille du chien et à

même de générer une impulsion adaptée aux mouvements.

Cuisse :

Sa longueur représente un tiers de la hauteur au garrot. La cuisse forme un angle oblique d'environ 60° sous l'horizontale. Elle est large et dotée de muscles épais, saillants et bien séparés les uns des autres. Le fémur et le coxal (os de la cuisse et de la hanche) forment un angle de 90°.

Grasset (genou) :

L'angle fémoro-tibial est d'environ 110° à 115°.

Jambe :

Un peu moins longue que la cuisse, la jambe présente une obliquité de 50° à 55°. Ossature robuste ; musculature bien

apparente.

Jarret :

L'articulation tibio-tarsienne forme un angle de 140° à 145°.

Métatarse :

Fort et sec, le métatarse est presque cylindrique, inséré assez bas, parfaitement d'aplomb et os métatarsiens bien parallèles.

Pieds postérieurs :

Plus petits que les pieds antérieurs et ronds, avec des doigts bien joints. Les coussinets sont secs, durs et bien

pigmentés. Les ongles sont résistants, recourbés et de couleur sombre.

ALLURES :

L'allure est une caractéristique typique de la race. Au pas, la démarche ressemble à celle du lion ; elle est en ce sens plutôt féline. Par sa cadence lente, elle rappelle aussi la démarche de l'ours. Le trot se caractérise par des impulsions puissantes au niveau des membres postérieurs et par une bonne extension des antérieurs. Le galop est rarement utilisé : les allures habituelles sont le pas et le trot.

Amble admis.

PEAU :

Epaisse, abondante et lâche sur tout le corps, en particulier sur la tête, où la peau dessine de nombreux plis et rides, ainsi que dans la partie inférieure du cou, où elle forme un double fanon. La peau ne doit jamais être abondante au point de nuire à la santé et au bien-être du chien.

ROBE:

Qualité du poil :

Le poil est court, dur, dense et de même longueur sur tout le corps, c'est-à-dire d'une longueur courte de 1,5 cm au plus.

Il est totalement dépourvu de franges.

Couleur du poil :

Les couleurs favorites sont le gris, le gris-plomb et le noir, mais aussi le marron, le fauve et le fauve intense (rougecerf).

On admet une petite tache blanche sur le poitrail et/ou sur le bout des doigts. Toutes ces robes peuvent être bringées. Les nuances noisette, gris-tourterelle et isabelle sont admises.

TAILLE ET POIDS :

Hauteur au garrot : Mâles de 65 à 75 cm.

Femelles de 60 à 68 cm.

Poids : Mâles de 60 à 70 kg.

Femelles de 50 à 60 kg.

DÉFAUTS :

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa

gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien.

DÉFAUTS GRAVES :

· Prognathisme inférieur prononcé.

· Queue portée trop haut.

· Sujets dont le format est supérieur ou inférieur aux limites prévues par le standard.

DÉFAUTS ENTRAINANT L’EXCLUSION:

· Chien agressif ou peureux.

· Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.

· Divergence ou convergence prononcées des axes crânio-faciaux.

· Chanfrein concave ou convexe ou très aquilin (nez busqué).

· Dépigmentation totale de la truffe.

· Prognathisme supérieur.

· Entropion, ectropion.

· Œil vairon ; dépigmentation totale des bords des paupières ; strabisme.

· Absence de rides, plis, fanon.

· Anourie, tant congénitale qu'artificielle.

· Larges taches blanches ; marques blanches au niveau de la tête.

N.B.:

· Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

· Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.

© 2023 by Elevage du domaine de Calywen

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now